débaucher

débaucher

débaucher [ deboʃe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1195 « disperser (des gens) »; de dé- et p.-ê. bauch « poutre » ( bau) ou région. bauche « maison »
I(XVE, repris XIXe) Opposé à embaucher
1Détourner (qqn) d'un travail, d'une occupation, de ses engagements; provoquer (qqn) à la défection, à la grève. Débaucher un ouvrier, un domestique. « dans l'espoir de débaucher quelques éléments intéressants du petit clan et de les agréger à son propre salon » (Proust).
Spécialt Convaincre (qqn) de quitter son emploi pour rejoindre une autre équipe. Débaucher un chercheur, un sportif.
2Mettre à pied, faute de travail. congédier, licencier, renvoyer.
II(XVe) Vieilli Détourner (qqn) de ses devoirs, l'entraîner à l'inconduite. corrompre, dépraver, pervertir.
Fam. Détourner (qqn) de ses occupations ou de ses habitudes en lui proposant une distraction. Se faire débaucher par un camarade.
⊗ CONTR. Embaucher. Moraliser, redresser.

débaucher verbe transitif (ancien français débaucher, dégrossir du bois, puis détourner, de bauc, poutre) Détourner quelqu'un de son travail, l'entraîner à abandonner son poste : Débaucher des soldats, des ouvriers. Mettre à pied, licencier du personnel par manque de travail. Pousser quelqu'un à la débauche. Familier. Détourner quelqu'un pour un temps de son travail en lui proposant une distraction : Je vous débauche, on va au cinéma.débaucher (synonymes) verbe transitif (ancien français débaucher, dégrossir du bois, puis détourner, de bauc, poutre) Mettre à pied, licencier du personnel par manque de travail.
Synonymes :
- congédier
Contraires :
Pousser quelqu'un à la débauche.
Synonymes :
- dépraver
- dévergonder
débaucher verbe intransitif Familier. Quitter le travail ; cesser la journée de travail : On débauche à cinq heures.

débaucher
v. tr.
rI./r
d1./d Inciter (qqn) à quitter son travail, son emploi. Débaucher un employé.
d2./d Licencier, faute de travail. Ant. embaucher.
Absol. Un secteur industriel où l'on débauche.
rII./r
d1./d Entraîner (qqn) dans le plaisir, la débauche. Débaucher un jeune homme.
|| v. Pron. Il a commencé à se débaucher très jeune.
d2./d Fam. (Sens atténué.) Détourner momentanément (qqn) de son travail, de ses occupations pour le divertir. Allez, je vous débauche: je vous emmène au cinéma.

⇒DÉBAUCHER, verbe trans.
A.— Détourner (une personne) de son travail, de ses occupations. Carrier-Belleuse (...) ne fait que débaucher les ouvriers pour les mener au café, où il joue au billard dix heures de suite (GONCOURT, Journal, 1882, p. 168).
1. Entraîner (une personne) à rompre ses engagements, à manquer à son devoir, à quitter un service pour un autre. Débaucher une femme de chambre. Partout où ils se glissent [les chrétiens], ils font naître des troubles; ils débauchent les soldats de nos armées (CHATEAUBR., Martyrs, t. 3, 1810, p. 15) :
1. La princesse de Caprarola, qui avait fait la connaissance de Mme Verdurin à propos d'une grande exposition qu'elle avait organisée, avait bien été rendre à celle-ci une longue visite, dans l'espoir de débaucher quelques éléments intéressants du petit clan et de les agréger à son propre salon, ...
PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922, p. 744.
Au fig., fam. Détourner (quelque chose) de son but, de son emploi habituel. Il ne faut pas (...) que les meubles ou les tapisseries trop prodiguées viennent débaucher l'attention du visiteur (RÉAU, Archives, bibl., 1909, p. 42) :
2. ... les diseurs de profession presque toujours me sont insupportables, qui prétendent faire valoir, interpréter, quand ils surchargent, débauchent les intentions, altèrent les harmonies d'un texte; et qu'ils substituent leur lyrisme au chant propre des mots combinés.
VALÉRY, Variété II, 1929, p. 177.
2. Congédier un (des) salarié(s). Il avait, lui aussi, débauché des ouvriers non syndiqués (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 116).
Emploi abs. Quand l'usine débauchait, on n'était plus sûr de son pain (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 91).
3. Emploi intrans. abs., région. Quitter le travail :
3. Sa journée terminée, Jos-Mari, aidé parfois de son fidèle et naïf Aloys, qui débauchait plus tôt, lavait ses truelles à la fontaine, riant aux enfants qui l'éclaboussaient.
— Alors, tu débraies, Jos-Mari? Tu viens boire un verre? lui proposait Rudi.
PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 41.
Rem. On rencontre ds la docum. débauchée, subst. fém., région. (Ouest). Cessation journalière du travail. Le soir, à la débauchée, certains [tonneliers] passeront sur leur vêtement de travail la blouse bleue du paysan (CHARDONNE, Dest. sent., Femme J. Barnery, 1934, p. 14). Attesté ds la plupart des dict. du XIXe s. et QUILLET 1965.
B.— P. anal., péj. Détourner (une personne) de ses devoirs en l'entraînant ou la poussant à la débauche, à l'inconduite. Débaucher une jeune fille. C'est la fainéantise qui l'a débauché (Ac.). Jésus-Christ et son ami Canon, occupés à débaucher le père Fouan, tous les trois autour d'un litre d'eau-de-vie (ZOLA, Terre, 1887, p. 464) :
4. Si elle eût osé, elle aurait débauché les collégiens qu'elle rencontrait, car il entrait dans sa passion pour les enfants un appétit de voluptés honteuses, un besoin d'enseigner le vice et de goûter d'étranges plaisirs...
ZOLA, Madame Férat, 1868, p. 116.
Emploi pronom. réfl., fam. S'adonner à la débauche, devenir débauché. La mauvaise compagnie est souvent cause que les jeunes gens se débauchent (Ac.).
P. ext., fam. Détourner (quelqu'un) de ses occupations, en l'entraînant à se distraire, à se divertir. Nous voulons vous débaucher un de ces jours (Ac.).
Emploi pronom. Je pense aussi que ça m'avait fait beaucoup de bien de me débaucher, de me distraire, de changer d'air (BEAUVOIR, Mém. jeune fille, 1958, p. 272).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. prés. adj. débauchant, ante. Qui incite à la débauche. La grand'mère de Nohant [George Sand] ne pensait guère écrire là quelque chose de débauchant (GIDE, Si le grain, 1924, p. 387).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. : (il) débauche/, D/. Ds Ac. 1694 et 1718 : desbaucher; ds Ac. 1740-1932 : débaucher. Étymol. et Hist. A. 1195 « disperser [des gens], éparpiller » (AMBROISE, Guerre sainte, 9888 ds T.-L.); ca 1300 soi desbauchier « partir » (G. GUIART, Royaux lignages, II, 7179, ibid.). B. 1469 debaucher (Traité entre L. et J. d'Armagnac ds BARTZSCH, p. 154); 1606 « faire quitter à un ouvrier le service de son maître » (NICOT); 1687 au fig. « détourner qqn de ses obligations » (J. RACINE, Lettres, VI, 561 ds MARTY Racine); 1812 fam. « renvoyer un ouvrier » terme d'imprimerie (BOISTE). C. Début XVe s. desbaucher [leurs femmes] (Le livre de Boucicaut, chap. VII ds Nouvelle collection des Mémoires pour servir à l'Histoire de France, éd. Michaud et Poujoulat, 1re série, t. 2, p. 323); 1538 « jeter qqn dans la débauche » (EST.); 1549 desbauché adj. (en parlant d'un jeune homme) (EST.); av. 1614 vie desbauchee (BRANTÔME, Capit. fr., M. de Guyse le Gr. ds GDF. Compl.). Dér. de l'a. fr. bauc, bauch (bau) « poutre », débaucher signifiant proprement « dégrossir du bois pour en faire des poutres » (cf. ébaucher) d'où « fendre, séparer » puis « écarter, détourner de son travail » et « détourner de son devoir » (d'apr. FEW t. 15, 1, p. 39, s.v. balko). Fréq. abs. littér. :102.
DÉR. Débaucheur, euse, subst., vieilli. Personne qui débauche quelqu'un, qui excite quelqu'un à la débauche, à l'inconduite. C'est un débaucheur de filles (Ac. 1835, 1878). Oui! c'est elle [Henriette], la débaucheuse, la libertine, qui s'est emparée de ce misérable enfant par les sens (COPPÉE, Henriette, 1889, p. 355). [], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1798-1932. 1res attest. av. 1544 le desbaucheur des malings espritz (DES PÉRIERS, Caresme prenant, I, 170 ds HUG.); 1562 desbaucheur [de filles] (CALVIN, Sermons sur le Deutéronome, 129 [XXVIII, 55], ibid.); de débaucher, suff. -eur2.
BBG. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 442; t. 3 1972 [1930], pp. 11-12.

débaucher [deboʃe] v. tr.
ÉTYM. 1195, desbauchier « disperser (des gens) »; v. 1300, (réfl.) « partir »; 1350, « écarter (qqn) »; selon le F. E. W., de des- (→ 1. dé-), et bauch « poutre » (même étymon francique que balcon), bien que les sens concrets « dégrossir du bois pour en faire des poutres » (→ Ébaucher) et de là « fendre, séparer », qui fonderait « écarter », ne soient pas attestés; P. Guiraud préfère une dérivation de bauche « maison », d'abord « mortier de terre et de paille, mélange boueux » (→ Bauge).
———
I (Opposé à embaucher; XVe; repris XIXe).
1 Détourner (qqn) d'un travail, d'une occupation, de ses engagements; provoquer à la défection, à la grève. || Débaucher un ouvrier, un domestique. Débaucher les soldats d'un régiment.
1 (…) des vaisseaux qu'il (le prince d'Orange) envoyait pour débaucher une partie de la flotte anglaise (…)
Mme de Sévigné, 1074, 20 oct. 1688.
2 (…) cela n'est ni beau ni honnête de nous les débaucher (nos laquais) comme vous faites.
Molière, les Précieuses ridicules, 15.
3 (…) dans l'espoir de débaucher quelques éléments intéressants du petit clan et de les agréger à son propre salon (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. IX, p. 185.
2 Renvoyer (qqn) faute de travail. Congédier, licencier, renvoyer. || Débaucher une partie du personnel. Absolt. || On débauche dans telle usine.
3 V. intr. Régional. || Il, elle débauche à cinq heures : il, elle cesse le travail.
———
II (XVe).
1 Vieilli ou relig. Détourner (qqn) de ses devoirs, entraîner à l'inconduite. Corrompre, dépraver, déranger, détourner, dévergonder, dissiper, pervertir, prostituer. || Débaucher un mineur, une jeune fille. Débauche (cit. 1); séduire. || Le mauvais exemple débauche la jeunesse. || Les mauvaises compagnies l'ont débauché.
4 Femme n'était ni fille dans Florence
Qui n'employât, pour débaucher le cœur
Du cavalier, l'une un mot suborneur,
L'autre un coup d'œil, l'autre quelque autre avance.
La Fontaine, Contes, « Le faucon ».
5 Je n'ai débauché le mari d'aucune femme, je n'ai jamais attiré dans mes filets aucun jeune homme.
G.-T. Raynal, Hist. philosophique, XVII, 21, in Littré.
2 (XVIIe). Fam. Détourner (qqn) de ses occupations ou de ses habitudes pour un divertissement honnête. || Se faire débaucher pour une partie de cartes. || Viens, je te débauche, on va au cinéma.
6 Je me suis laissé débaucher par M. Félix pour aller demain avec le Roi à Maintenon.
Racine, Lettre.
——————
se débaucher v. pron.
ÉTYM. (XVIe).
Vieilli. Se livrer à la débauche. || Il s'est débauché très jeune. Perdre (se).
——————
débauché, ée p. p. adj. et n. Voir à l'ordre alphab.
CONTR. Embaucher. — Moraliser, redresser.
DÉR. Débauchage, débauche, débauché, débaucheur.
HOM. Débauché, adj. et n.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • débaucher — DÉBAUCHER. v. a. Jeter dans la débauche, dans le vice. Les mauvaises compagnies l ont débauché. La trop grande liberté ne sert qu à débaucher les jeunes gens. C est la fainéantise qui l a débauohé. Débaucher une fille. f♛/b] Il signifie aussi,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Debaucher — De*bauch er, n. One who debauches or corrupts others; especially, a seducer to lewdness. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • DÉBAUCHER — v. a. Jeter dans la débauche, dans le vice. Les mauvaises compagnies l ont débauché. C est la fainéantise qui l a débauché. Débaucher une fille.   Il signifie aussi, Corrompre la fidélité de quelqu un. Il essaya de débaucher les troupes. On lui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • débaucher — (dé bô ché) v. a. 1°   Jeter dans la débauche. Les mauvaises compagnies l ont débauché. 2°   Détourner une femme, un mari de ses devoirs, une femme libre, fille ou veuve, de la bonne conduite. •   Photin dont il avait débauché la femme, BOSSUET… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉBAUCHER — v. tr. Jeter dans la débauche, dans le vice. Les mauvaises compagnies l’ont débauché. C’est la fainéantise qui l’a débauché. Débaucher une fille. Dans cette acception, Le participe passé DÉBAUCHÉ, ÉE, est employé comme nom et désigne un Homme… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • debaucher — noun see debauch I …   New Collegiate Dictionary

  • debaucher — See debauchedly. * * * …   Universalium

  • debaucher — noun Somebody who debauches or corrupts others; a seducer …   Wiktionary

  • debaucher — I (Roget s IV) n. Syn. rapist, seducer, ravisher; see lecher . II (Roget s Thesaurus II) noun A man who seduces women: Don Juan, Lothario, seducer. See SEX …   English dictionary for students

  • debaucher — de bauch·er || tʃə n. one who indulges to excess in sensual pleasures, one involved in debauchery …   English contemporary dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”